Archives de l’auteur : Marie Noelle EPELLY

L’avenir de l’eau

Aspirine dans un verre d’eau

AgrippA� A� ma camA�ra, assis sur le bord du verre, je suis prA?t A� plonger. Deux A�normes doigts surgissent derriA?re moi et sa��approchentA� prA�cautionneusement de la��eau. Ils tiennent une large soucoupe blanche et poreuse. Je zoomeA�: des grains apparaissent sur la surface du solide. Continuer la lecture

La femme dans son jardin

La fatigue de la journA�e pesait sur elle, mais elle A�tait satisfaite da��avoir tout menA� A� bien. Ses enfants A�taient lavA�s, nourris, leurs vA?tements A�taient propres et la case bien rangA�e. La nuit tombait tA?t aux tropiques et elle na��avait que peu de temps pour soigner son jardin, mais ca��A�tait un temps prA�cieux, sa rA�compense de la journA�e. A ce moment-lA�, elle oubliait tous ses soucis, devenait vraiment elle-mA?me. Continuer la lecture

La feuille au vent

Feuille lA�gA?re dans le vent
Souviens-toi de cet instant

La��A�tA� te rA�jouit
Dans la��air tu frA�mis
Charnue, verte et vive
Le bonheur ta��arrive

Feuille lA�gA?re dans le vent
Souviens-toi de cet instant

AoA�t, chaleur de mort
Et septembre da��or
Tu attends la pluie
La pluie te ravit

Feuille lA�gA?re dans le vent
Souviens-toi de cet instant

Tu tombes et tu tombes
Ca��est la valse sombre
Tu reposes sur le sol
Toi qui fus plume folle

Feuille lA�gA?re dans le vent
Souviens-toi de cet instant

Enfin je te tiens
Tu dors dans ma main
Fragile, ciselA�e
Comme parcheminA�e

Feuille lA�gA?re dans le vent
Souviens-toi de cet instant

HaA?ku : une feuille

Ta nervure centrale
Capte la force de la��A�tA�
Et se ramifie

Main ouverte tendue
Vermillon, carmin, fuchsia
CraquelA�e, flA�trie

Mon enfant inoue

Mon enfant inoue

Ca��est la fin de la journA�e et le soleil vaA� se coucher un peu plus bas encore aujourda��hui. Nous plongeons dans la��hiver insensiblement et tu vois, mon enfant, ma sA�ur, ma prA�fA�rA�e, ja��aime avec toi partager ce moment de douceur. DA�pouille-toi de tes soucis, lave-toi de tes peurs, laissons la��instant prA�sent nous absorber tout entiA?res. La chaleur de la cheminA�e nous engourdit, nous assouplit. Laissons de cA?tA� les mA�diocres contrariA�tA�s, les jalousies pusillanimes. Souviens-toi de ces doux instants, si drA?les par moments. Rappelle-toi quand la vie A�tait un tourbillon oA? nous perdions pied et raison. Mais aujourda��hui, tout est calme et apaisA�. Regardons le soleil sa��abandonner.

L’eau : les peintres et les arts plastiques

Sylvain parle, applique la gouache verte sur le cahier. Sa parole nous envoA�te ; habilement, il fait glisser la��eau du verre sur le papier A� dessin : il nous invite A� observer et A� laisser vagabonder nos idA�es. Ses gestes sont prA�cis. La gouache se dilue. Des lambeaux de couleur verte sa��A�coulent. Il parle toujours. On assiste A� des transformations, des mA�langes, A� la crA�ation de formes.

Continuer la lecture

La cabane et la malle

Il a quittA� sa bonne ville sous un vent violent, ce vent qui vient de la montagne, ce vent qui une fois la��a rendu fou. Il sa��est retirA� A� Chambod, son havre de silence. Il a fini da��accorder sa guitare et il admire longuement la riviA?re da��Ain, A�tale devant lui. Les reflets des arbres jaunissants frissonnent au grA� des risA�es. Il croit voir une forme se glisser dans la��eau. Continuer la lecture

L’eau dans la nature

Pitrerie de l’eau

– Il faut arroser les fleurs ce soirA�! Elles ont soif, avec la chaleur d’ aujourd’huia��
– Ta��inquiA?te Mamino, je ma��en charge, rA�pond Lilian, mon petit fils.

Le tuyau da��arrosage repose bien sage sur son support vert. PremiA?re opA�rationA�: il faut dA�lover patiemment chaque enroulement. Lilian, A�lA?ve de PremiA?re S, rA�flA�chitA�: A�A�Sachant qua��un enroulement mesure 1 mA?tre cinquante, combien dois-je en dA�faire pour atteindre le massif de fleursA�?A� Continuer la lecture

Nouvelles de Marino

AnamnA?se

La forA?t de Tenira A�tait le Parc de la TA?te da��Or des coopA�rants de Sidi Bel AbbA?s. Ses pins parasols, son air pur, son horizon dA�gagA�, ses clairiA?res et ses chemins ombragA�s A�taient propices aux A�bats des jeunes familles da��expatriA�s pleines de vitalitA�. Jogging des parents, premiers pas et cache-cache des jeunes enfants, anniversaires sur la couverture A�tendue au sol. Continuer la lecture