Mythes et poA�sie

A� mon fils adorA� que je porte aux nues,
Voici venir le temps de prendre ton envol.
DA�ploie ces ailes miellA�es A� ton dos suspendues.
Laisse-toi porter par le souffle d’A�ole.

Si tu rA�ussis, tu seras notre salut.
Sous un ciel azurA� et radieux, Icare s’envole
GuidA� par les arA?mes de menthe, de thyms rA�pandus.
Fragrances de myrtes, de genA?ts, d’A�pilobes.

Montent les relents de la mer A�gA�e
Exhalant des parfums de varechs A�iodA�s.
L’enfant, par la beautA� A� ses yeux dA�voilA�e
DA�ploie A�grand ses ailes vers le soleil A�clatA�.

A� mon cher enfant, rA�duis ta course effrA�nA�e
Mes cris dA�sespA�rA�s ne peuvent t’atteindre
Au soleil exposA�es tes ailes enflammA�es
T’entrainent et ton corps dans les flots vient s’A�teindre