Mythes et notre personnage

Une masure en lisiA?re de forA?t

Six jeunes garA�ons y vagabondaient de-ci, de-lA�, tour A� tour da��humeur fantasque ou apaisA�eA�: leurs prunelles contenaient toutes les teintes verdoyantes des alentoursA�; leurs oreilles, entraA�nA�es aux multiples trilles des oiseaux des bois, fourmillaient deA� sifflements, de cris, de mA�lopA�es.

A la tombA�e du jour, A� cette heure dite A�A�entre chien et loupA�A�, sans mA?me avoir besoin de se concerter, ils se regroupaient et unissaient leur voix en la clairiA?re. Ce moment enchantait leur mA?re. MA?me les animaux des bois sa��immobilisaient un instant, pointant leurs oreilles dans leur direction.

Il arriva, une fois de plus, que cette femme se trouva enceinteA�; elle fit le vA�u da��avoir une fille mais ne savait que penserA�: en effet, le jour, un pA�tillement discret, qua��elle parvenait A� discerner intimement, venait la surprendre et la��interrogeait. Le soir, lorsque les voix joliment affutA�es de ses garA�ons lui parvenaient, elle se joignait doucement A� eux, offrant ce doux moment de priA?re chantA�e A� son bA�bA� qui rA�agissait de plus belle. La nuit, sans na��y rien comprendre, elle se sentait dA�tachA�e de sa couche pour se retrouver gravitant joyeusement en orbite autour du soleil, telle une constellationA�; elle regagnait sa couche avant la��aube, tout semblant orchestrA� sans son vouloir. RA?veA�? RA�alitA�A�? Elle na��en parla pas A� son homme, par peur da��A?tre prise pour une sorciA?re.

A la��A�vidence, cette grossesse se rA�vA�lait fort diffA�rente des prA�cA�dentes, ce qui la��effrayait et tout A� la fois la comblait de joie car ses rA?ves lui A�A�parlaientA�A� aussi de source vive, de fluiditA� colorA�e, de libertA� intA�rieure.

Elle arriva au terme du neuviA?me moisA�: une fille naquit. A�merveillement secret. Le pA?re aussi, semblait comblA�. Les six frA?res, au-dessus de son berceau la considA�raient avec curiositA�A�; en effet, des salves de lA�ger frA�missement sourdaient A� la surface de sa peauA�; on la nomma : ARTEFREMISS.

Dans la clairiA?re, ce soir-lA�, les six frA?res invitA?rent leur sA�ur A� entrer dans la ronde du temps qui chante. Les animaux, entendant de nouveaux accents, tendres et mA�lodieux, captA?rent le messageA�: une petite fille venait de naA�tre.