Pensées

Les portes de la perception…Ou « nettoyer le puits en soi »

If the doors of perception were cleansed every thing would appear to man as it is, infinite
William Blake

Etty Hillesum utilise à plusieurs reprises dans son journal, l’image du puits obstrué au plus profond de nous. Les gravats, les débris, de lourdes pierres, nous empêchent  d’accéder à nos sources profondes, aux ressources intérieures de notre être qui constituent pourtant le meilleur de nous-mêmes, cette part manquante à la plupart des hommes, qu’elle appelle Dieu,  cette force toute d’intériorité salutaire qui peut nous faire apprécier la vie, l’existence, la nôtre, celle de nos frères humains,  et celle de toute chose, nous permettre de tout résoudre et d’accéder à la plénitude dans une joie éternelle…

Mais pour atteindre cette source perdue, un sacré travail de nettoyage interne s’avère nécessaire. Il faut creuser en soi, profondément et inlassablement, dégager tout l’inutile et le nuisible accumulé, toutes ces incompréhensions, tous ces ressentiments, ces mauvaises expériences, ces peurs et ces lâchetés, jetés au puits de l’inconscience par-dessus notre enfance perdue, et nous n’avons guère envie d’aller faire un tri sélectif dans cette vaste poubelle intérieure sur laquelle le couvercle est mis…

Nous préférons ne voir le monde qu’à travers l’écran du social fourni par notre environnement… Un écran qui nous cache la singularité profonde de notre secrète voie intime et nous fait vouloir être  le plus qu’il se peut normal, c’est-à-dire dans la norme imposée par l’environnement du lieu et du moment.

Etty connaissait-elle William Blake et cette citation ? Si les portes de la perception étaient nettoyées toute chose apparaîtrait à l’homme comme elle est, infinie…  Je pense que oui.  Mais je pense que son point de vue se distancie de Blake.

N’oublions pas que ce dernier, bien que mystique, avait une vison bien noire et passablement inquiétante. Il inspira Aldous Huxley dans ses expériences sensorielles, avec des hallucinogènes, et son livre si particuliers intitulé précisément : « les portes de la perception »…

Il inspira également le nom des Doors, à l’ange noir Jim Morisson, mort d’overdose d’alcool et drogues… Le nettoyage chimique de nos perceptions  sensorielles n’a rien d’inoffensif pour le corps, et ce n’est pas tout à fait de cela que nous entretient Etty dans l’expérience de  son journal, en ces années 1941-1942… Pas tout à fait mais un peu tout de même, car il faut en passer par les sens. Se rendre neuf à l’expérience, retrouver les impressions premières et intenses de l’enfant non formaté, non limité, curieux de tout, s’émerveillant du contact avec l’infini donné par une étoile, ou la branche d’un marronnier…ou le corps d’une ou deux personnes aimées..

L’adulte ne peut retrouver que par l’amour, ou la culture, la fréquentation des artistes, ce sentiment de l’hors du temps, et de l’incommensurable beauté, et de la joie… Mais l’alcool n’est pas un bon choix et les stupéfiants n’y suffiraient pas. Tout est à l’intérieur de soi.
S’agenouiller, la tête dans les  mains, sur un tapis en salle de bain… Se rassembler, se concentrer, retrouver le silence à l’intérieur de soi…

Puis retrouver les autres avec la force en soi d’éprouver chaque jour chaque heure, la vie belle et pleine de sens et n’avoir que curiosité aimante à l’égard de chacun…

Ne pas souffrir dans les souffrances du corps ou des autres et préserver la joie en soi.

Accueillir le deuil et la mort sans que la tristesse foudroie

Parvenir même à se dire en pensant au SS qui bientôt la piétinera, et l’écrasera sous sa botte : «  Toi mon gars, tu as un problème… Et que puis-je donc faire pour toi ? »

Atteindre cet état d’esprit, d’âme et de corps, non cela ne va pas de soi, et ne se fait pas en un jour, pour Etty, ce fut quelques mois…

La vie d’abord vint par saccade, puis en un flot puis en un fleuve, avec l’écriture du livre, qu’elle nous laissa…

 

 

27 avril 17H30