Mythes et humour

Scène 1 – Atlas

(un vieil homme, le dos courbé, suant, genou à terre, pliant sous le poids, soutient sur sa tête une sphère énorme représentant la voute céleste.)

 Atlas – Quelle chance de porter la voute céleste sur mon dos, Zeus n’aurait pu me confier de tâche plus noble et glorieuse ! Je fais la pluie et le beau temps sur terre, je suis un dieu en somme ! (s’adressant au ciel) Calmez vous là-haut, cessez de remuer, j’ai un mal fou à conserver mon équilibre. La paix, bon sang !

(Dialogue intérieur) N’y-aurait-il pas quelque surhomme pour me soulager un moment ? Cà me chatouille dans le dos, je ne peux me gratter sinon le ciel va me tomber sur la tête. J’aimerais me dégourdir les jambes avant de m’ankyloser complètement et de me statufier.

(à la cantonade) Y-a-t-il quelqu’un de charitable, une bonne âme ? Help ! Help !

Scène 2 – Atlas, Hercule

(Un fringant jeune homme arrive côté cour, il semble perdu et cherche son chemin)

 Atlas – Eh l’ami qui passez par ce chemin, approchez donc, venez par ici !. (le jeune homme s’approche et Atlas reconnaît le jeune Hercule) Hercule ! Quelle aubaine ! J’ai besoin de soulager ma vieille carcasse. Peux-tu prendre ma relève et supporter le ciel quelques instants, afin que je puisse me gratter le dos et faire quelques pas pour me dérouiller les guiboles ?

Hercule – J’aimerais bien te rendre service, Atlas, mais j’ai beaucoup de chantiers en cours. Le patron ne serait pas content si je ne tenais pas les délais, tu le connais, il va encore s’emporter et s’en prendre à tout le monde. Je te promets de repasser dès que j’ai bouclé le carnet de commandes en cours. Au fait, tu dois pouvoir m’indiquer où se trouve (cherchant dans sa sacoche) le jardin des Hespérides. Je dois, sans délai, rapporter à ma sœur Athéna les pommes du jardin. Elle a promis à Zeus de lui faire sa fameuse tarte Théna pour le raout qu’il donne samedi prochain.

Atlas –Toujours aux petits soins pour son papa, c’est une chic fille, Athéna et ses talents de pâtissière sont aussi réputés que sa beauté. Vous n’êtes pas gâtés avec un père pareil. Quel sale caractère, celui-ci ! Ses colères ébranlent toute la voute céleste. Je les sens passer, crois moi. Mais il attendra bien un moment, approche ! Avec de tels muscles, la terre te paraîtra légère et tu vas faire une bonne action en aidant un vieux pote. Allez viens !

Hercule – (reculant) Je voudrais bien mais sais-tu que je me suis luxé une épaule en nettoyant les écuries d’Augias et depuis je ne peux plus soulever de poids.

Atlas – Ce vieil Augias, comment va-t-il ?

Hercule (grommelant et faisant mine de partir)

Atlas – Reste encore un peu. Pour un costaud comme toi, soutenir le ciel quelques heures c’est un jeu d’enfant !

Hercule – Non, je ne peux pas rester plus longtemps. Si je croise Apollon, je te l’envoie. Je sais qu’il se prépare pour les prochains jeux de l’Olympe, entre deux entrainements, il devrait pouvoir te rendre service. Il a un corps d’athlète, le gaillard, et toujours dispo pour son prochain. Flatte le un peu, il adore çà ! Allez ciao, je file.

Atlas – Ah le salopard ! On ne peut jamais compter sur lui. Héracles, le héros valeureux, courageux, celui qu’on place au sommet du Panthéon! Foutaise, publicité mensongère ! Tous ces travaux qu’il entreprend, c’est pour se faire mousser auprès du Patron, mais quand il s’agit de rendre un service à un collègue, il n’y a plus personne. Ah cette jeunesse ! Des mauviettes qui se défilent, trop contents que des vieux comme moi se tapent le sale boulot. Ah c’est moins sexy de soutenir la voute céleste que de faire le joli cœur auprès des Hespérides. Il ne me reste plus qu’à espérer que l’autre jeunot se rapplique avant que je ne m’écroule.

Fin