Mythes et cinA�ma

Je fus InspirA�e par l’attentat perpA�trA� sur la Promenade des Anglais de Nice au cours duquel 84 personnes ont perdu la vie, victimes d’un djihadiste qui a lancA� son camion sur la foule venue assister au feu d’artifice du 14 juillet.

A� l’aube de ce jour d’aprA?s le grand chaos oA? la terre saigne encore des blessures des innocents terrassA�s par la main vengeresse d’hommes en pA�ril, je m’interroge. Quel lendemain voulons-nous ? Devons-nous perpA�trer encore et encore la malA�diction qui pA?se sur Adam et ses descendants en portant A� notre tour les armes contre nos frA?res, en semant la haine et la terreur, en laissant l’emprise du mal nous dA�vaster, nous ravager ? Jusqu’A� quand devrons-nous, par faiblesse et par peur, rA�pondre A� la violence par la violence, laissant germer la haine jusqu’A� imploser, A� dA�truire notre humanitA� ? Jusqu’A� quand et jusqu’oA? ? Jusqu’A� notre perte, jusqu’A� exterminer notre espA?ce ?

RA�veillons-nous, A�veillons-nous. Debout les gars, A�veillons-nous, A� notre nature profonde, A� la source de la Vie, A� la terre, A� la force puisA�e dans nos racines. A�veillons-nous A� la Nature qui nous nourrit, qui nous abreuve, qui chauffe nos corps et A�veille nos sens, qui nous inspire et nous A�lA?ve. Et recevons du ciel la force, l’A�nergie qui dA�lient l’A?me de ses chaA�nes.

Il est parfois tentant d’A�couter les sirA?nes de la facilitA� qui limitent nos actes et ramA?nent nos pensA�es au petit moi, aux interprA�tations restrictives du monde. LA� n’est pas notre salut.

Il est dans notre accomplissement ici sur terre, dans notre contribution A� fonder un monde d’amour et de compassion. Partageons nos expA�riences d’A�veil, c’est aujourd’hui que se prA�pare demain et c’est ici et maintenant que nous pouvons A�uvrer pour un monde meilleur

Visons le beau, le bon, le bien et si certains sont encore dans l’obscuritA�, il revient A� ceux qui ont la connaissance, A� ceux qui ont soif de vA�ritA�, A� ceux qui ont la foi, A� ceux qui sont dans l’Amour, de compatir A� l’ignorance des plus dA�munis, de les aimer plus encore. Aimer inconditionnellement et sans compter et ramener les A�garA�s dans la lumiA?re et leur susurrer : “si tu es gaie, je rirai avec toi, si tu es triste, nous sA�cherons tes larmes de ces yeux qui pour le moment doivent n’avoir que des reflets de la joie de ton A?me”