La pire zone plombée

Nous étions complètement bourrés quand nous sommes sortis de la boîte à 5:00 du matin. La rue était déserte, Munich se réveillait. Sur la façade de l’immeuble décrépit, les néons de l’enseigne jetaient leurs derniers feux, rouge sang, palpitant dans la nuit noire.

Karl m’avait accueillie la veille, à la descente du train de 23:00 en provenance de Paris. Il avait hâte de me faire connaître ses bonnes adresses, ses repères et m’avait entraînée dans son sillage, de bar en bar jusqu’à débarquer dans cette boîte située dans une zone plombée, loin du centre de la cité, au milieu d’entrepôts et d’ateliers désaffectés.

Karl, écroulé au pied d’un réverbère, n’avait plus conscience de rien. Il flottait dans un état proche du coma, imbibé d’alcool et shooté de cocaïne. J’avais encore ma valise à la main, je ne me souvenais plus du nom de la rue où habitait Karl. Un indice me revint en mémoire ; au cours de nos échanges téléphoniques, il m’avait dit se loger à proximité de la bibliothèque centrale. Féru de littérature, il se réfugiait là  pour y travailler échappant ainsi à l’ambiance bruyante de son appartement qu’il partageait avec des colocataires fêtards. En fait, il me restait à trouver une station de taxis pour nous ramener au cœur de la cité et attendre ensuite que Karl reprenne ses esprits.

Épuisée après cet effort de concentration, je m’assoupis.

Des bruits de bottes claquant sur les pavés, l’éclaire d’une torche en pleine face eurent tôt fait de me reveiller. Munich se révéla alors froide, hostile, étrangère.