Haïkus évoquant l’automne

Que la palette d’or
Du peintre du divin sous-bois
Te comble de joie

Ô brumes obscurcies
Dans la main de l’érable
Le sang a jailli